000

039

100

%

Séminaire mensuel coordonné par Sandra Brée (CNRS-LARHRA), Manuela Martini (Université de Lyon 2-LARHRA) et Anne Verjus (CNRS-TRIANGLE)

Master Études sur le genre, parcours MATILDA – axes « Genre et sociétés » et « Régulations » du LARHRA-UMR 5190 – Chantier transversal Genre et Politique de TRIANGLE UMR 5206

Thématique de l’année 2022-2023 : Guerres, conflits, crises et intimité des familles

Ce séminaire, proposé parmi les enseignements du Master Études du genre, parcours MATILDA, entend également – dans le cadre des axes « Genre et sociétés » et « Régulations » du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, ainsi que dans celui du chantier transversal Genre et Politique du laboratoire Triangle- donner plus de visibilité à un champ historiographique peu représenté aujourd’hui, celui de l’histoire de la famille et des relations de genre en son sein. À la vision traditionnelle de sociétés anciennes dominées par une conception organique de la famille à laquelle l’individu serait subordonné, et par opposition, d’un monde contemporain caractérisé par l’affranchissement de l’individu du carcan familial, ce séminaire voudrait appréhender la question sans a priori en interrogeant également les formes d’autonomie qui existaient autrefois dans les relations familiales et la persistance ou l’existence de contraintes familiales à l’époque contemporaine. Travailler sur l’interaction entre l’individu et le groupe familial est le moyen d’aborder la famille dans une perspective dynamique comme un espace de conflits et de solidarité, d’émancipation et de contraintes, de sentiments et d’obligations, de ressources et de stratégies. C’est la possibilité de réfléchir, dans la longue durée et dans une perspective prenant en compte les rôles genrés des acteurs/trices, au fonctionnement et à l’évolution non linéaire du monde social en se plaçant à l’intersection de plusieurs disciplines (l’histoire, la démographie, la science politique, le droit, la littérature l’anthropologie et la sociologie).

PROGRAMME 2023 :

  • Lundi 6 mars (Salle André Bollier)

Séance 4 : Manon Pignot (Université de Picardie Jules Verne)  : La marque de la guerre : les relations intrafamiliales au prisme de la Grande Guerre  

– Manon Pignot, « Expériences enfantines du deuil pendant et après la Grande Guerre », Histoire@Politique. Politique, culture, société, www.histoire-politique.fr, n°3, 2007. http://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2007-3-page-7.htm

– Introduction de l’ouvrage : Dominique Fouchard, Le poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, PUR, 2013 

  • Lundi 27 mars (Salle Elise Rivet)

Séance 5 : Thierry Eggerickx (FNRS, Louvain) : Fécondité et crises socioéconomiques : le cas de la Belgique de 1846 à 1939

  • Lundi 17 avril (Salle Elise Rivet)

Séance 6 : Emmanuel Debruyne (Université de Louvain, UC Louvain) :  « Femmes à Boches ». Occupation du corps féminin dans la France et la Belgique de la Grande Guerre »

  • Lundi 15 mai (Salle André Bollier)

Séance 7 : Gorkem Akgoz (Humboldt Universität, Berlin), Caught in the Web of Work, Family, and Nation: Factory Girls in Early Republican Turkey