000

100

%

 Au fil des différentes sessions d’un cycle de journées d’études consacrées par le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes à l’antiromanisme catholique– Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale dans le catholicisme posttridentin, Anti-infaillibilisme catholique et romanité ecclésiale aux temps posttridentins, Antiromanisme et critique dans l’historiographie catholique (XVIe-XXe siècles) et L’antiromanisme dans l’historiographie ecclésiastique catholique (XVIe-XXe siècles) –, le constat s’est imposé d’une présence massive de la culture juridique dans le discours porté par les tenants d’un catholicisme antiromain, qu’ils soient juristes ou non. Le fait n’a rien d’étonnant dans la mesure où l’ecclésiologie catholique s’est toujours placée à l’intersection du droit et de la théologie. Nombre d’auteurs qui ont illustré la tradition de l’antiromanisme catholique et juridictionaliste étaient à la fois juristes et théologiens compétents – ainsi de Paolo Sarpi ou de Marc’Antonio De Dominis, ainsi des grands noms qui ont illustré le fébronianisme et le joséphisme.Ce volume qui rassemble les communications de la cinquième session du cycle propose d’aborder frontalement la question des rapports entretenus entre le droit et l’opposition catholique à la romanité ecclésiale en évoquant les grandes figures de la tradition du catholicisme antiromain qui ont fait au droit une grande place dans leur argumentation, en relevant le rôle des canonistes catholiques qui ont pu faire parfois le choix de s’opposer aux prétentions romaines et en étudiant les grands thèmes où se mêlent étroitement arguments juridico-canoniques et hostilité catholique aux revendications du Saint-Siège – ainsi du conciliarisme, des compétences de l’autorité civile en matières ecclésiastiques, de l’infaillibilité pontificale ou encore du mariage et des empêchements dirimants. Table des matièresIntroduction par Sylvio Hermann De FranceschiBrigitte Basdevant-Gaudemet, Quelques manifestations des juridictionalismes dans les lois des royaumes français, espagnols, portugais (xvie-xviiie siècles)Jean-Louis Gazzaniga, Le contentieux bénéficial lieu d’opposition à la cour de RomeFrédéric Gabriel, De quel droit ? Temporalité juridique et nature de l’Église en milieu gallican (xvie-xviie siècles)Paolo Broggio, Droit, juridiction, souveraineté : la mission diplomatique extraordinaire à Rome de Domingo Pimentel et Juan Chumacero y Carrillo sous le pontificat d’Urbain VIII (1633-1637)Bernard Hours, L’Institution au droit ecclésiastique de Claude Fleury. Le droit canonique au prisme de l’histoireJean-Robert Armogathe Jus novissimum et reservationes odiosæ : Van Espen et la Curie romaineManuela Bragagnolo, Droit et histoire : Muratori et la critique de la papauté à travers ses sources inédites du xvie siècleAlberto Lupano, Le traité inédit Della povertà religiosa (1759) : l’antiromanisme universitaire turinois selon Angelo Paolo Carena et son maître Carlo Sebastiano BerardiSimona Negruzzo, Loin de Rome, près du Christ. L’Université de Pavie de la fin du xviiie siècle entre jansénisme et juridictionalismeFranz Xaver Bischof, La législation ecclésiale sous l’empereur Joseph IISylvio Hermann De Franceschi, la papauté intransigeante et ses craintes d’un renouveau du régalisme gallicanFrançois Jankowiak, L’anticurialisme, figure de l’antiromanisme. Gouvernement de l’Église universelle et administration de l’État pontifical au péril de la critique, 1588-1870  Consulter une recension en ligne : Archives de sciences sociales des religions