000

100

%

Animé par Elisa Andretta, Raphaël Barat, Anne Béroujon, Leonardo A. Carrió Cataldi, Monica Martinat, Marianne Thivend 

Jeudi, 12h-14h, MSH 16 avenue Berthelot, 69007 Lyon (1er étage), Salle Berty Albrecht

Nous assistons aujourd’hui à une transformation profonde de notre rapport à la vérité, voire à la réalité qui caractérise la culture occidentale depuis, au moins, les débuts du XXIe siècle. Cette transformation s’accompagne de la diffusion de nouvelles technologies qui font aussi apparaitre sur la scène de nouveaux acteurs de la communication (bloggeurs, youtubeurs, influenceurs). Ces changements affectent en profondeur les sciences sociales dont l’histoire en tant que discipline, tant dans les formes de la narration et de la transmission, que dans ses significations plus profondes. Et elles interrogent ainsi le rôle des historiens et des historiennes, en bouleversant les formes de la communication « classique », elle-même en cours de transformation. Dans ce contexte, il nous semble important de nous interroger, collectivement, sur l’avenir de l’histoire à partir d’une analyse sans concession de son présent – et de son passé : de quelle histoire avons-nous besoin aujourd’hui ? L’histoire a-t-elle encore vocation à « réveiller les dormeurs », comme l’écrivait en son temps Lucien Febvre ? Si oui, de quel sommeil s’agit-il ? Doit-elle produire un savoir critique ? Comment éviter qu’elle ne soit sacrifiée sur l’autel d’une narration « autoritaire», peu sensible aux nuances, aux ambiguïtés et aux doutes qui sont propres à la construction de la connaissance historique ? Dans un contexte où les rapports entre passé, présent et futur sont particulièrement mouvants quelle place accorder aux historiens et historiennes qui cherchent à penser le monde, dans un va-et-vient constant entre leur objet de recherche, souvent lointain et décalé des réalités présentes, et les questionnements actuels qui les mobilisent, en tant que citoyens et citoyennes ? Quelle place donner à une subjectivité incontournable, mais aujourd’hui exacerbée par des questionnements identitaires ? Le séminaire que nous souhaitons organiser, adressé à l’ensemble des enseignant.e.s, chercheur.e.s, doctorant.e.s, étudiant.e.s en histoire et plus largement en sciences sociales, se propose d’ouvrir un débat large autour de ces interrogations, basé sur une confrontation entre des pratiques contemporaines de l’histoire fort différentes et leur résonance par rapport à une communauté civile et académique large, dans laquelle les frontières disciplinaires (entre sciences politiques, sociologie, anthropologie, histoire, économie par exemple), les objets d’étude et les formats de production sont en pleine évolution.

Séance du 23/5/24

Sabina Loriga (EHESS), autour du livre (avec Jacques Revel) Une Histoire inquiète. Les historiens et le tournant linguistique, Seuil, 2022

Pour le programme de l’année, se reporter à la page des séminaires.