000

100

%

SÉANCES :

– 15 janvier 2024 : Journée d’études « Espaces visuels et sensibles de la cartographie », Grenoble salle de réunion 2e étage, MSH Alpes (Séance reportée)
10h-17h, Entre Géographie et Histoire
. 10h-12h, Christian Grataloup (géohistorien Professeur émérite à l’Université Paris Cité), « Cartographier le temps de l’espace (et réciproquement) : un indispensable trompe-l’oeil »
. 14h-17h, Jean-Luc Pinol (Professeur émérite, ENS Lyon), « Cartographier la ville : les systèmes d’information géographique au service de l’histoire urbaine ».
Nicolas Verdier (directeur d’étude à l’EHESS), « Passer du texte à la carte au XVIIIe siècle »

5 février 2024, 14h – 17h : Histoire cartographique de la ville, Lyon salle Ennat Léger
Séance animée par Sylvia Chiffoleau (directrice de recherche au CNRS, LARHRA)
. Damien Petermann (docteur en géographie, Université Lyon 3), « L’espace lyonnais représenté dans les guides et l’iconographie (fin du XVIIIe – fin du XXe siècle) : étude, spatialisation et cartographie numérique ».
. Nicolas Marqué (MCF à l’Université de Toulouse), « De la belle endormie à la ville en révolutions, l’image de Toulouse d’après les plans anciens (milieu du XVIIe – début du XIXe siècle) ».

– 11 mars, 14h – 17h : Cartographie et audiovisuel, Lyon salle Ennat Léger
. Géraldine Poels (INA, chargée de la valorisation scientifique), Cartographie des fonds audiovisuels (INA)
Analyse de l’émission « Le dessous des cartes » (Arte)

– 29 avril, 14h – 17h: Cartographies sonores, Lyon salle Ennat Léger
. Graziela Mello Vianna (Professeure en Communication, Université Fédérale de Minas Gerais), « La samba à Belo Horizonte (Brésil) : des cartographies sonores d’un territoire travers la ville et le temps »
. Mylène Pardoen (Ingénieure de Recherche au CNRS, MSH Lyon), « Archéologie du paysage sonore : théorie et pratique(s) »

Deux séances en mai

– 13 mai, 14h – 17h (Séance 1) : Cartographier ce qui n’est pas représentable, Grenoble MSH Alpes
. Anne-Marie Granet (Professeure émérite des universités en histoire contemporaine, LARHRA) « Comment représenter ce qui a été effacé : l’exemple des villages détruits – programme Ruines et Vilma »
. Konstantin Protassof (Professeur d’astrophysique, Université Grenoble-Alpes), « Comment cartographier le temps et l’infini : l’exemple du programme Kronospedia »

– 27 mai (Séance 2) : Journée d’études-atelier-méthode sur la cartographie autour des différents travaux de thèse, Grenoble MSH-Alpes
. Stéphanie Michut (doctorante en histoire de l’art, LARHRA), « Reconstituer un circuit de production industriel et un réseau ferroviaire »
. Ophélie Bellanger (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA), « User des cartes, archives, guides, langages »
. Emma Sophie Mouret (docteur en histoire contemporaine, LARHRA), « Entre la carte et le territoire : les routes, une approche méthodologique »